Musées du Vieux Honfleur


 
Créés à l’initiative de la société Normande d’ethnographie et d’art populaire, les deux musées se complètent l’un l’autre, rendant compte des deux aspects de la vie des Honfleurais au XVIIIe siècle et dans la première moitié du XIXe siècle, juste avant les grands bouleversements provoqués par la Révolution Industrielle : la vie quotidienne des habitants de la ville et la vie des gens de mer envisagée dans leur cadre professionnel. Les grands évènements qui ont ponctué l’histoire honfleuraise, les mutations de l’espace urbain et portuaire dans lequel s’inscrit la vie des habitants ainsi que les personnalités qui ont marqué la vie de la cité sont également évoqués.
Les collections présentées sont le fruit de nombreux dons et legs de familles honfleuraises. Les acquisitions proprement dites ont été relativement peu nombreuses.
Les collections historiques et maritimes ont été principalement constituées, à l'image des collections ethnographiques d'objets et de costumes, dès 1899, lors de la grande exposition réalisée par la Société du Vieux-Honfleur, pour le congrès annuel de la Société nationale d'Ethnographie.
Dans cette exposition, cinq sections étaient créées dont deux sont à l'origine des collections du musée de la Marine : le Canada normand, l'histoire locale et normande. Maquettes, tableaux, gravures et objets divers étaient présentés, rassemblés par collecte, en réponse à un questionnaire très précis conçu par Léon Leclerc et la Société du Vieux-Honfleur.Si une partie des objets exposés n'étaient confiés qu'en dépôt temporaire ou  prêtés pour le temps de la manifestation, beaucoup furent donnés et certains achetés par l'association.
 
 
Le musée d’ethnographie

Le musée a ouvert ses portes en 1901. Ce fut le premier établissement de genre en France (le musée d’Arlatan à Arles de F. Mistral lui est contemporain). Si des travaux de rénovation et de mises aux normes ont été réalisés depuis 30 ans, la société le Vieux Honfleur a tenu à ce que l’esprit dans lequel  le musée avait été conçu par Léon Leclerc, soit maintenu.
Les collections présentées sont constituées presque entièrement de dons et de legs qui ont été reçus par la société d’ethnographie et d’art populaire depuis sa fondation en 1896. Cette fondation à la fin du XIXe siècle témoigne d’une prise de conscience précoce par les honfleurais de la valeur patrimoniale des objets et du mobilier qui ont formé le support et le décor de la vie matérielle de leurs aïeux à l’heure où la société traditionnelle vivait ses derniers moments.
 
C’est dans un souci d’authenticité que le musée d’ethnographie est installé dans deux très anciennes maisons dont la construction remonte au XVIe siècle. La plus importante est une maison à pans de bois de grande dimension dont la façade principale, orientée au nord, donne sur la rue de la prison. Elle comporte deux étages. Une grande porte en bois placée au milieu de la façade donne accès au rez-de-chaussée. Elle ouvre sur un couloir de part et d’autre duquel se distribuent deux pièces à usage de boutique et de réserve ; à son extrémité un escalier permet de gagner les deux étages, comportant chacun quatre pièces groupées deux à deux.
L’angle de sa façade méridionale s’appuie sur le pignon d’une maison en pierre dont le rez-de-chaussée a abrité la prison de la vicomté de Roncheville (seigneuriale) et probablement de la vicomté d’Auge (royale) ; après la Révolution elle servit pour les arrestations réalisées par la police municipale ; l’étage qui comporte deux pièces, servait probablement à la fois d’habitation pour le gardien.
 
L’organisation du musée d’ethnographie répond à plusieurs objectifs :
- montrer des ustensiles, du mobilier et des éléments de décor domestiques du XVIIIe et du XIXe siècle dans le cadre usuel de leur utilisation
- reconstituer les conditions de travail d’artisans et de commerçants à la fin de l’Ancien Régime.
- présenter les vêtements des hommes et des femmes appartenant à des milieux sociaux différents au XIXe siècle. Pour des raisons de présentation et de conservation ils ont dû être « décontextualisés » et installés dans des vitrines.
- porter témoignage de la création du mouvement ethnographique dans les dernières années du XIXe siècle.
 
Musée d’ethnographie et d’histoire maritime de Honfleur
 
En 1976, le conservateur des musées du Vieux Honfleur, Pierre Orange, décide de consacrer exclusivement l’église Saint Etienne à l’ethnographie et à l’histoire maritime de Honfleur, ce qui permit de rassembler dans un même lieu les éléments de la collection qui étaient dispersés.  La grande diversité et l’authenticité des objets exposés permettent de restituer les différents aspects  des activités des gens de mer à Honfleur au XVIIIe et XIXe siècle : les différents types de pêche et de commerce, la construction et la réparation navale ainsi que les petites productions artisanales des marins au cours de leurs voyages, expression d’un véritable art populaire. Sont également évoqués les grands moments de l’histoire de ce port et les étapes de son évolution spatiale jusqu’au XIXe siècle.
Des travaux de rénovation entrepris en 2002 ont permis de réaliser une présentation thématique de la collection  qui permet des approches différentes, esthétique, technique et historique afin de renouveler et élargir la perception et l’intérêt des objets et de répondre aux exigences de sens d’un public de plus en plus curieux et diversifié.
 


 

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.